Les cours de baptêmes reprennent ce Dimanche 8 Avril 2018 à partir de 13h00!

Pour vous inscrire, nous vous invitons à vous rapprocher du pasteur principal ou nous envoyer tout simplement un mail à infolephare@gmail.com, nous prendrons contact avec vous. Pour bien préparer ces moments d’apprentissage, nous vous recommandons de vous présenter à l’heure indiquée et de vous munir du nécessaire suivant : un crayon ou un stylo, votre bible (des bibles d’emprunts sont disponibles dans votre église, un cahier de note. Nous vous remercions par ailleurs de nous signaler toute absence ou empêchement.

> M’inscrire aux cours <

Ma Nouvelle Vie


IntroductionLeçon 1Leçon 2Leçon 3Leçon 4Leçon 5Leçon 6Conclusion
Découvrir Jésus-Christ et marcher à sa suite est la plus belle des aventures ! Le baptême est l’entrée « officielle » dans cette nouvelle vie qui ne finira jamais. C’est le privilège de tout véritable disciple de Christ. Ce n’est que le début : l’acte du baptême ne dure qu’un instant, l’engagement à suivre le Christ doit durer toute la vie, mais c’est la plus belle des vies, la meilleure, la vie éternelle ! Les cours qui suivent sont donnés à tout candidat au baptême chrétien. Ils peuvent servir aussi à éclairer toute âme en recherche de Dieu et de sens à sa vie. Bonne lecture et bonne étude!

— Pasteur Thierry Ah-Hot


Sommaire
  • Leçon 1 > Le salut : repentance, foi et conversion
  • Leçon 2 > Le baptême : quoi, pourquoi, qui et comment ?
  • Leçon 3 > Ma nouvelle relation avec Dieu le Père et le Saint-Esprit grâce à Jésus-Christ
  • Leçon 4 > L’Eglise : c’est quoi, c’est qui ?
  • Leçon 5 > Comment se passe la vie dans l’Eglise ?
  • Leçon 6 > Mon engagement

LE SALUT : REPENTANCE, FOI ET CONVERSION

« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné» Marc 16.16

Selon la Parole de Dieu, l’état de l’homme qui ne connaît pas personnellement Jésus-Christ est grave. Cet état est appelé péché et pas un seul homme n’y échappe : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » Romains 3.23Et malheureusement, l’aboutissement de cet état de péché est la mort, « Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur ». Romains 6.23. Cependant, dans son amour, Dieu n’a pas pu laisser l’homme dans cet état. Et c’est pourquoi, il a envoyé son Fils Jésus-Christ.

« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps nous a parlé par le Fils ; il l’a établi héritier de toutes choses ; par Lui, il a aussi créé l’univers. Le Fils est le reflet de Sa gloire et l’empreinte de sa personne, et il soutient toutes choses par sa parole puissante. Il a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts. » Hébreux 1.1-3. 

Dieu nous a donc parlé par le Fils Jésus-Christ et nous a aussi purifiés et lavés de nos péchés par son oeuvre. Le message de Jésus-Christ, « la Bonne nouvelle de Dieu », n’était autre que celui-là : « Le temps est accompli, et le Royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.» Marc 1.15.  Nous allons donc voir dans cette leçon, les 2 manières complémentaires de répondre à l’appel de Dieu : la repentance et la foi.

LA REPENTANCE

Etre chrétien, ne signifie pas seulement croire que Dieu existe ou bien croire que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Après tout, nous disait Jacques, les démons aussi le croient ! (Jacques 2.19.) Etre chrétien est bien plus que de connaître intellectuellement les vérités bibliques. Mais alors, que devons-nous faire pour être chrétien ? Actes 2.38 nous donne la réponse. « Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit. » Se repentir, c’est reconnaître que nous sommes coupables et en dehors du chemin du Seigneur. Se repentir, c’est reconnaître que je suis pécheur et que le salaire de mon péché est la mort éternelle, comme nous l’avons vu plus haut (cf. Romains 3.23 et Romains 6.23). Se repentir signifie donc reconnaître son péché et s’en détourner, acceptant désormais de faire la volonté de Dieu.

Lisons ensemble Actes 17.30-31. « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l’homme qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts.. » Dieu nous commande de nous repentir. Si nous voulons passer de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière, la repentance n’est pas une option. Elle est nécessaire pour être sauvé. Nous devons demander pardon à Dieu pour nos péchés (Marc 1.4-5) et pour notre vie que nous avons menée sans Lui.

Vous êtes-vous repenti(e) ? Pour le savoir, vous pouvez regarder votre vie. La vraie repentance ne passe pas inaperçue, elle produit des changements visibles en nous (même si ceux-ci prennent du temps) : « Produisez donc des fruits dignes de la repentance » Luc 3.8a. Avez-vous maintenant le désir de plaire à Dieu et de Le connaître ? Avez-vous de l’amour pour votre nouvelle famille en Christ ? Etes-vous sensible au péché ? Voici quelques questions que l’on peut se poser pour savoir si notre repentance est bien réelle.

LA FOI

La repentance ne doit pas se limiter à un simple regret de notre vie passée, de simples remords. Il nous faut également CROIRE ! Nous allons voir que signifie réellement « croire ».

  • Croire c’est avoir confiance

La foi consiste à faire confiance à Jésus seul pour être sauvé. « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les oeuvres afin que personne ne se glorifie. » Ephésiens 2.8-9« Il n’y a de salut en aucun autre (Jésus) ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » Actes 4.12. Jésus lui-même disait : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ; nul ne vient au Père que par moi. » Jean 14.6.

Le salut est un cadeau que Dieu nous offre. Nous ne pouvons pas l’acquérir par nos propres efforts car c’est une grâce. C’est par la foi que nous devons le recevoir.

  • Croire, c’est avoir une certitude

Lorsque j’ai placé ma confiance en Jésus-Christ, je n’ai pas l’espérance qu’un jour mes péchés me seront pardonnés et que j’irai au ciel. J’en ai la certitude.

« Et voici ce témoignage, c’est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. » 1 Jean 5.13. Celui qui croit en Jésus n’est pas jugé. Mais celui qui ne croit pas est déjà jugé car il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu » Jean 3.18. « Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. » Jean 10.28.

  • Croire, c’est obéir

Lisons Matthieu 28.19 et 20. « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Nous voyons, au verset 20, le Seigneur donner un ordre à ses disciples : d’enseigner les futurs baptisés (qui seront des disciples) à obéir à ce qui a été prescrit. Un disciple est par nature un apprenti. La foi véritable nous conduit donc à l’obéissance et à l’engagement. Lorsque Dieu nous sauve, il nous fait passer du Royaume de Satan au Royaume de Son Fils bien-aimé (voir Colossiens 1.13). Ainsi, nous sommes placés maintenant sous l’autorité de Jésus-Christ. (voir Romains 6.22)

La conversion Le fait de se repentir et de croire en Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur est appelé par la Bible : conversion. C’est l’action du pécheur qui reconnaît son état devant Dieu, qui s’en repent, accepte le pardon de Dieu et soumet maintenant sa vie à l’autorité de Jésus-Christ. « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles » 2 Corinthiens 5.17

Maintenant, il nous faut croître dans la grâce de Dieu ! « Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité! Amen! » 2 Pierre 3.18.

Foi + repentance = Conversion

LE BAPTÊME : QUOI, POURQUOI, QUI ET COMMENT ?

« Allez, faites de toutes les nations des disciples les baptisant au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » Matthieu 28.19-20

QUOI ?

Le verbe « baptiser » dans le langage biblique signifie « immerger, plonger dans l’eau.» Nous baptisons les croyants, après leur conversion en les plongeant dans l’eau au Nom du Seigneur Jésus. Le baptême représente sous une forme visible notre union avec Jésus-Christ

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection» Romains 6.3-5.

Nous sommes unis à Lui dans sa mort et dans sa résurrection. Ainsi, notre ancienne vie est finie et toutes choses deviennent nouvelles.

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » 2 Corinthiens 5.17.

  • Nos péchés sont effacés

Selon la Bible, nos cœurs sont purifiés par le sang de Jésus, Hébreux 9.14 « combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant! » et nous saisissons cela par la foi, Actes 15.9 « il n’a fait aucune différence entre nous et eux, ayant purifié leurs cœurs par la foi. » Le baptême représente donc cette vérité : par la foi, nous avons reçu le pardon de Dieu et nos péchés sont effacés. « Et maintenant, pourquoi tardes-tu ? Lève-toi, fais-toi baptiser et laver de tes péchés en invoquant son Nom » Actes 22.16

  • Notre ancienne vie est finie, notre nouvelle vie commence

Romains 6.2 déclare que nous sommes morts pour le péché. « Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? » 

En effet, notre ancienne vie « a été crucifiée avec Lui pour que nous en soyons plus esclaves du péché. » Romains 6.6.

En effet, vous tous qui avez reçu le baptême du Christ, vous avez revêtu le Christ. Galates 3.27

Par le baptême, nous avons été ensevelis avec le Christ, verset 4. Le baptême est finalement comme un enterrement où il y a la déclaration publique que notre ancienne vie est finie. Mais, tout comme Jésus n’est pas resté dans le tombeau et qu’il est ressuscité des morts vivant ainsi une nouvelle vie, nous aussi nous sommes ressuscités des morts et nous vivons une nouvelle vie : Colossiens 2.12. « Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts. » Lorsque nous sortons de l’eau, nous symbolisons le commencement de notre nouvelle vie. Nous rejoignons le peuple de Dieu « Ceux qui accueillirent sa parole reçurent le baptême ; en ce jour là, environ 3000 personnes furent ajoutées. … Et le Seigneur ajoutait chaque jour à la communauté ceux qu’il sauvait. » Actes 2.41, 47b.

Notre union avec Jésus implique que nous sommes aussi unis à son Corps, qui est l’Eglise. Le baptême signifie que nous nous intégrons à une communauté chrétienne où nous pouvons établir de solides relations fraternelles dans l’amour et le service mutuels pour la Gloire de Dieu.

  • Nous nous engageons publiquement et totalement envers Dieu 

« En effet, si tu confesses de ta bouche que Jésus est Seigneur et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » Romains 10.9Croire dans son coeur ne suffit pas pour être sauvé, nous devons le déclarer publiquement. Le fait d’être « mort au péché » nous rend aussi « esclave de Dieu.» Romains 6.22. « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. » Nous sommes libérés du péché pour pouvoir accomplir ce que Dieu veut.

Pourquoi ?

D’après Matthieu 28.18-20, c’est Jésus lui-même qui a instauré le baptême chrétien. Il a ordonné de faire des disciples, de baptiser au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et d’enseigner à garder les commandements. Se faire baptiser est donc un acte d’obéissance à l’ordre de Jésus.

« Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Qui ?

« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé » Marc 16.16« Repentez-vous et que chacun reçoive le baptême au nom de Jésus-Christ … » Actes 2.38. Les conditions à remplir pour le baptême sont la foi en Jésus-Christ et la repentance. (voir la 1ère leçon). Le baptême sans la foi et la repentance n’est qu’un bain ! C’est pour cela que nous ne baptisons que les croyants qui confessent personnellement leur foi en Jésus-Christ.

Comment ? 

Puisque le terme « baptême » signifie immersion, et selon les exemples bibliques (voir Matthieu 3.13-17), nous plongeons donc la personne entièrement dans l’eau après lui avoir fait confesser la foi chrétienne.

MA NOUVELLE RELATION AVEC DIEU LE PÈRE ET LE SAINT-ESPRIT GRÂCE À JÉSUS-CHRIST

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi.» Jean 14.6

Relation avec Dieu le Père 

Comme nous l’avons vu lors de la première leçon, à cause du péché, notre relation avec Dieu était coupée. Comme l’a écrit l’apôtre Paul aux Ephésiens, 2.1-3 : « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés dans lesquels vous marchiez autrefois, […], nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres… » 

Or, si nous sommes enfants (de Dieu), nous sommes aussi héritiers ; héritiers de Dieu et co-héritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec Lui afin d’être glorifiés avec Lui. Romains 8.17

Mais Dieu qui est riche en miséricorde et qui nous a aimés d’un grand amour nous a sauvé par son Fils Jésus-Christ, la Parole de Dieu. « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son Nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme mais de Dieu. » Jean 1.12-13Ainsi, par le fait d’avoir accepté Jésus-Christ dans notre vie, dans la repentance et la foi, nous passons du statut d’enfant de colère à celui d’enfant de Dieu. Voici quelques bienfaits qui découlent de cette relation privilégiée, grâce à Jésus-Christ :

  • Je suis accepté 

« Car par Christ, les uns et les autres, nous avons un accès auprès du Père dans un même Esprit » Ephésiens 2.18. Grâce à Christ, je peux m’approcher sans crainte de Dieu (voir Hébreux 4.16), chose que je ne pouvais pas faire avant. « Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ » Romains 5.1. En Christ je suis « déclaré juste » et donc en paix avec Dieu. J’ai maintenant le privilège de faire partie de sa famille et d’être accepté. Je lui appartiens : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes ? Car vous avez été rachetés à grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » Corinthiens 6.19-20. 

  • Je suis en sécurité

Nous sommes en sécurité car nous savons que Dieu veille sur nous : « car nous savons du reste que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » Romains 8.28 (Matthieu 6.25 à 34). Grâce à l’oeuvre de Jésus-Christ, nous ne pouvons plus être ni accusés ni condamnés : « Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort, bien plus il est ressuscité, il est à la droite de Dieu et il intercède pour nous ! Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur» Romains 8.33-34, 39.

  • J’ai de la valeur

Maintenant, Dieu vit en moi par Son Esprit ! Je suis sa propriété, j’ai donc de la valeur : 1 Corinthiens 3.16-17 « ne savez-vous pas que vous êtes le temps de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. » 1 Corinthiens 6.20. « Car vous avez été rachetés à grand prix » Dieu a donné pour moi ce qu’Il avait de plus précieux : son Fils Jésus-Christ. J’ai de la valeur pour Dieu. En Christ, je suis une nouvelle création !

« Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et l’embrassa. » Luc 15.20

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. »2 Corinthiens 5.17 

« Je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’Il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, […] ; Jean 14.16-18

Relation avec le Saint-Esprit

  • Une personne !

Tout d’abord, il convient de rappeler que selon l’enseignement biblique, le Saint-Esprit n’est pas simplement « une puissance » ou une « force surnaturelle ». Selon la bible, le Saint-Esprit est la 3ème personne de la Trinité, personne à part entière. Comme le Père et le Fils, le Saint-Esprit possède l’intelligence (1 Corinthiens 2.9), la volonté (Corinthiens 12.11) et les sentiments (Ephésiens 4.30). Le Saint-Esprit vient habiter dans le croyant lorsque celui-ci reconnaît Jésus comme Seigneur et lui donne sa vie.

« En Christ vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis… » Ephésiens 1.13.

« Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas » Romains 8.9

  • Il donne l’assurance du salut

L’enseignement biblique m’affirme que nous sommes « scellés par le Saint-Esprit » par Dieu lorsque nous avons cru et qu’il est un « gage » de notre héritage.

Éphésiens 1.13-14 « En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire. » Ephésiens 4.30 « N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. » (voir aussi Rom 8.16). Cela signifie que le Saint-Esprit est l’assurance que nous serons sauvés pleinement !

  • Il nous donne sa puissance pour témoigner et Ses dons 

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins … » Actes 1.8. Le Seigneur nous a confié la mission de prêcher la Bonne Nouvelle à toute la création. Marc 16.15 « Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. ». C’est seulement par la puissance du Saint-Esprit que nous pourrons témoigner de Jésus au monde. C’est Lui qui convainc les coeurs Jean 16.8 « Et quand il (LE Saint-Esprit) sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement:. »

  • Nous portons son fruit

Nous sommes appelés, maintenant, à vivre et à marcher par l’Esprit de Dieu. Romains 8.9 « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. »Galates 5.16 « Je dis donc: Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair ».

Le but que Dieu poursuit en nous est que nous ressemblions davantage à Christ, Romains 8.29. « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. ».

Cela, il le réalise dans notre vie par le Saint-Esprit, lorsque nous nous laissons façonner. Nous portons alors le fruit de l’Esprit : Galates 5.22. «L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. » 

Attention à l’avertissement de Jésus : on reconnaît les envoyés de Dieu à leurs fruits ! Matthieu 7.15ss« Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? » « Nous avons reçu un Esprit de force, d’amour et de sagesse… »

L’EGLISE : C’EST QUOI, C’EST QUI ?

« Jésus-Christ s’est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de tout mal et de purifier un peuple qui soit son bien propre et qui se passionne pour les belles oeuvres. » Tite 2.14

C’est quoi ?

Comme nous l’avons vu précédemment, le Seigneur ajoutait à l’Eglise ceux qui étaient sauvés. L’Eglise est tout simplement le peuple de Dieu :

« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde. » Pierre 2.9-10.

Il s’agit de l’ensemble des individus sauvés par Christ et qui se rassemblent pour l’adorer et recevoir sa Parole. L’Eglise est aussi appelée « Corps du Christ » (1 Corinthiens 12.27), « Temple de Dieu » (1 Corinthiens 3.16), « Maison spirituelle » (1 Pierre 2.5), « Troupeau dont Dieu est le Berger » (1 Pierre 5.2) et « Epouse de l’Agneau » (Apocalypse 21.9).

L’Eglise universelle et l’église locale 

L’Eglise universelle rassemble tous les croyants, de tous lieux et de tout temps. Elle est connue de Dieu seule ! Concrètement, et pour chaque époque elle est représentée par des églises locales qui en sont l’expression visible. Ce sont pour les églises locales que le Nouveau Testament a été rédigé. En tant que disciple du Seigneur Jésus, il est de notre devoir de nous engager clairement dans une église locale où nous pourrons être aimés et enseignés et où nous pourrons servir et grandir spirituellement.

« Sur ce roc je bâtirai mon Eglise et les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre elle ! » Matthieu 16.18b

Qui fait quoi ?

  • Les ministères

Selon la bible, le Chef ultime de l’Eglise est le Seigneur Jésus-Christ : « Dieu a tout mis sous ses pieds et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps… » Ephésiens 1.22-23aAinsi, c’est à Dieu que nous devons être soumis : « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous» Jacques 4.7. Et notre amour pour Lui est démontré par notre obéissance à ses commandements « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements et ses commandements ne sont pas pénibles. » 1 Jean 5.3

Dans l’église locale à laquelle chaque chrétien appartient, la soumission au Seigneur passe par la reconnaissance de l’autorité qu’il a déléguée à certaines personnes de la communauté. Ces personnes ont pour responsabilité de faire « paître le troupeau de Dieu qui est sous leur garde » 1 Pierre 5.2, et de veiller sur lui sachant qu’ils seront jugés plus sévèrement (Jacques 3.1).

Le Christ, qui aime son Eglise et qui s’est livré pour elle lui a donné « les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du Corps de Christ » Ephésiens 4.11-12.

Les « ministres » de l’Eglise sont donc des dons qui proviennent du Christ lui-même.Ils sont donnés pour que les chrétiens parviennent à la maturité spirituelle et au service. C’est pourquoi il nous est donné cette recommandation dans « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes dont ils devront rendre compte ; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage.» Hébreux 13.17

Dans l’Eglise, nous devons être soumis les uns aux autres« vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ » Ephésiens 5.21, nous souvenant que l’obéissance absolue est due à Dieu, « Pierre et Jean leur répondirent: Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu; » Actes 4.19. Devenir membre d’une église locale signifie accepter le ministère de ses conducteurs, dans la soumission mutuelle au Christ.

  • Les relations mutuelles

Etre membre d’une église locale ne signifie pas seulement assister aux réunions.

Assister aux réunions est important mais ce n’est pas tout ! L’Eglise est le «Corps du Christ. » La nature même d’un corps est d’être unie. Un membre ne peut pas vivre s’il n’est pas rattaché au corps. De même, un chrétien ne peut pas vivre s’il n’est pas rattaché à une église locale et à ses membres. Nous verrons lors de la prochaine leçon la communion fraternelle. Cependant, mentionnons quelques indications bibliques sur les relations : « C’est pourquoi, exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres. » 1 Thessaloniciens 5.11. «Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais s’il y a lieu, quelques bonnes paroles, qui servent à l’édification et communiquent une grâce à ceux qui l’entendent. » Ephésiens 4.29.

« Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis viens présenter ton offrande. » Matthieu 5.23-24. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. Ephésiens 4.32 « Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : je ne te dis pas jusqu’à sept fois mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. » Matthieu 18.21-22.

Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à l’amour et aux bonnes oeuvres. N’abandonnons pas notre assemblée comme c’est la coutume de quelques uns mais exhortons-nous réciproquement, Hébreux 10.24-25a.

Ainsi, dans nos relations mutuelles doivent prévaloir l’amour, la grâce, le pardon et le service.

COMMENT SE PASSE LA VIE DANS L’EGLISE ?

« Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières. » Actes 2.42

Suivant la progression de ce verset, nous allons voir quelques activités essentielles de l’Eglise.

L’enseignement des apôtres

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger et pour instruire dans la justice… » 2 Timothée 3.16

« Bien-aimés, …, je me suis senti obligé de vous envoyer cette lettre pour vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. » Jude 3. « Applique-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement.» 1 Timothée 4.13. C’est par la Parole que Dieu nous a donnée et confiée que nous pourrons nous nourrir et grandir spirituellement. « L’homme vivra de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » Matthieu 4.4.

L’Eglise est un lieu où vous pourrez être enseignés selon la Bible, Parole de Dieu. (Notre église vous propose à ce sujet, plusieurs formations bibliques.) Le culte dominical lui-même est articulé autour de la prédication de l’Evangile. Nous croyons qu’il est de la responsabilité du disciple d’étudier la bible individuellement et collectivement.

La communion fraternelle

La communion fraternelle est le fait d’être ensemble. Lorsque nous voyons le récit du livre des Actes des Apôtres, les disciples sont pratiquement toujours « ensemble.» C’est lorsque nous sommes réunis que le Seigneur donne sa bénédiction.

« Voici, oh !, qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble ! C’est comme l’huile précieuse qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, qui descend sur le bord de ses vêtements. C’est comme la rosée de l’Hermon, qui descend sur les montagnes de Sion ; car c’est là que l’Eternel envoie la bénédiction, la vie pour l’éternité. » Psaume 133

Nous pouvons ainsi partager nos fardeaux (Galates 6.2), nous réjouir ensemble (Romains 12.15) et aussi veiller les uns sur les autres (Hébreux 10.24). Nous ne pouvons pas vivre hors du Corps de Christ !

La fraction du pain (ou Sainte Cène)

Lorsque l’Eglise locale célèbre le culte du Seigneur, elle se rassemble autour d’un Père comme une famille unie. Elle exprime sa foi en partageant le pain et le vin. Voici un texte de référence concernant la Sainte Cène, 1 Corinthiens 11.23-32 : Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci, tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. Jean 13.34-35

Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné ; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe ; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.

  • Un souvenir

Jésus-Christ lui-même a institué ce repas lors de la nuit où il fut livré (pendant la fête de la Pâque, (voir Matthieu 26.26-29)). Le pain représente le corps de Christ (rompu pour nous) et le vin nous représente le sang de Christ qui scelle la Nouvelle Alliance. Jésus a demandé à ce que l’on célèbre ce repas en mémoire : ainsi, nous rappelons sous une forme visible le sacrifice que Jésus a accompli en notre faveur, en son corps.

  • Une communion

« La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps de Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain. » 1 Corinthiens 1016-17.

Lorsque nous partageons ce repas, nous sommes en « communion » (en union commune !) avec le Seigneur Jésus-Christ (verset 16) et avec son Corps (l’Eglise, verset 17). Cela implique une responsabilité : nous devons nous examiner, 11.28. Si nous avons un péché conscient que nous refusons d’abandonner, nous devons nous abstenir de pain et de vin car sinon, nous sommes coupables envers le Corps de Christ (verset 27) et nous prenons un jugement contre nous-mêmes (verset 29). De la même manière si nous avons de la rancoeur contre un frère ou une soeur, ou un manque de pardon envers un autre chrétien, nous sommes coupables envers le Corps de Christ qui est l’Eglise.

  • Une espérance

Ce repas nous rappelle la mort de Jésus, jusqu’à ce qu’Il vienne (verset 26). C’est un repas rempli donc d’espérance. Un jour, « nous serons semblables à Lui car nous le verrons tel qu’Il est » 1 Jean 3.2b. Le temps de la Sainte Cène est donc un moment où nous renouvelons notre engagement envers le Seigneur et envers l’Eglise.

Les prières

« Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière » Actes 1.14a. La prière était très importante pour l’Eglise primitive. Dans les Actes des Apôtres, nous trouvons souvent l’Eglise en prière : le jour de la Pentecôte (Actes 2.1), aux heures de la prière dans le temple de Jérusalem (Actes 3.1), aussi dans la chambre haute (Actes 4.23) et dans les lieux privés (Actes 10.9). Lorsqu’on les persécutait, ils priaient (Actes 4.23ss; 12.5-12). Avant de prendre d’importantes décisions ecclésiales (Actes 6.6) ou de commencer une oeuvre missionnaire (Actes 13.3), ils prient. Et dans les moments de douleurs et de souffrances (Actes 4.23ss; 16.25), ils prient encore.

Jésus disait : « Je vous dis que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.» Matthieu 18.19. Lors de nos réunions de prière, nous nous accordons pour demander la faveur à notre Père céleste. Ainsi, la prière ne doit pas seulement être individuelle mais également collective.

MON ENGAGEMENT

« Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu. » 1 Pierre 4.10. « Rendez-vous par amour, serviteurs les uns des autres » Galates 5.13b. Le service que le Seigneur nous demande dans l’Eglise est à la fois pratique et spirituel.

Service pratique

Quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit l’esclave de tous. Car le Fils de l’homme est venu … pour servir. Marc 10.43b-45

« Les douze convoquèrent la multitude des disciples et dirent : il n’est pas convenable que nous laissions la Parole de Dieu pour servir aux tables. C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon témoignage, qui soient plein d’Esprit Saint et de sagesse dont nous chargerons de cet emploi. » ACTES 6.2-3.

Il y a des services pratiques dont la communauté a besoin. C’était déjà le cas dans l’Eglise primitive. Tout ne doit pas et ne peut pas reposer sur un seul homme ou même sur un petit groupe. L’Eglise, étant le Corps de Christ , doit fonctionner en entier et de manière coordonnée. Engagez-vous dans un service pour Dieu, mettez au profit de l’église les dons et les talents que vous avez.

Service spirituel

Selon 1 Pierre 4.10, nous avons tous reçu un don de Dieu. Ces dons sont multiples et différents. « Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu […]»

Romains 12.6-8 nous en donne une liste : la prophétie, le service, l’enseignement, l’exhortation, la libéralité, la présidence, la miséricorde. Nous n’avons pas tous la même fonction dans le corps du Christ, mais nous devons trouver notre place et exercer le(s) don(s) que nous avons reçu du Seigneur. Nous devons aussi respecter et honorer les autres qui servent d’une manière différente.

Responsabilité financière

L’argent n’est pas mauvais en lui-même, ce qui est mal c’est d’y attacher notre coeur. « Recommande aux riches […] de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines mais de la mettre en Dieu, qui nous donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions. » 1 Timothée 6.17.

La Bible nous exhorte à donner à l’oeuvre du Seigneur, sachant que c’est de Dieu que nous recevons toutes choses.

Nous devons donner selon nos moyens (2 Corinthiens 8.3), dans la joie (Corinthiens 9.7), de façon systématique (1 Corinthiens 16.2), et dans la foi en faisant confiance à Dieu (Luc 6.38).

C’est une partie de notre service chrétien que de participer financièrement à l’oeuvre de Dieu (voir Luc 8.3) et une responsabilité importante que de les gérer. L’argent donné sert à rétribuer totalement ou partiellement les ministres du culte, pourvoir aux frais de ceux qui nous visitent, soutenir l’oeuvre missionnaire, les dépenses de l’évangélisation, les dépenses d’entretien et de réparations, les frais (de bureau, téléphone, loyer.)…

L’évangélisation

Jésus nous a confié la mission d’être ses témoins, Actes 1.8. « Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

Si le Seigneur s’est constitué un peuple, c’est pour que nous annoncions ses vertus 1 Pierre 2.9 « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière »

Le témoignage de la Parole de Dieu doit amener le nombre de disciples à grandir Actes 6.7 « La parole de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi»

Et cela ne se fera que si nous avons de l’amour les uns pour les autres, Jean 13.34-35. « Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Que l’on soit au travail, à l’école, dans notre famille ou autre part, des occasions se présenteront où nous pourrons témoigner de la foi en Jésus-Christ. Nous devons nous engager dans l’effort d’évangélisation de l’Eglise en ayant bien conscience de notre mission et du combat spirituel dans lequel nous nous trouvons.

« Mettez en pratique la Parole et ne vous bornez pas à l’écouter… » Jacques 1.22

Jésus ne nous a pas seulement ordonné de baptiser des personnes mais d’en faire des disciples, Matthieu 28.19. Nous avons donc des devoirs et des responsabilités. Nous devons écouter et surtout pratiquer la Parole. Etre disciple de Christ, s’engager envers Lui et envers l’Eglise, n’est pas chose facile :

« Alors Jésus dit à ses disciples : si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. » Matthieu 16.24

« De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna et leur dit : si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères et à ses soeurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. […] Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. » Luc 14.25-27, 33

L’engagement envers le Christ doit être total. Y êtes-vous prêt ?

« Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irréprochable et dans l’allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps et maintenant et dans tous les siècles, amen ! » Jude 24-25